Pour les retraités non cadres,

la retraite ARRCO constitue entre 30 et 40% de la pension globale.

Pour les cadres,

les retraites ARRCO et AGIRC constituent entre 60 et 70% de la pension globale.

Entre 1993 et 2010, le taux de remplacement de l’ARRCO a baissé de 26,34%. Sur la même période, à l’AGIRC, il a baissé de 30%.

Aujourd’hui, le MEDEF tente d’imposer un scénario porteur de nouvelles baisses des pensions servies par les régimes complémentaires et de les aligner sur les nouvelles bornes d’âge.

Il est évident que le surcoût de l’évolution de notre société n’est supporté que par les salariés.

Nous vivons plus longtemps ? Cela coûte plus cher ? Payons plus !

Vivre mieux, dans de meilleures conditions de santé, de logement, d’accès aux loisirs et à la culture
représenterait un coût supplémentaire totalement inacceptable qui mettrait la société en faillite !

Pas un mot sur les profits engrangés par les entreprises.

Et pourtant… En 2010, ce sont 45 milliards d’€ versés aux actionnaires. 85 milliards d’€ de bénéfice
pour les entreprises du CAC 40.

ALORS, C’EST LA CRISE ?

Le coût du travail, c’est les actionnaires.
Sur ces 45 milliards, combien pour financer les retraites, les
salaires, l’emploi, les services publics ?

Ne laissons pas le MEDEF imposer sa loi.

Imposons la pression des salariés le :

9 MARS 2011 A 11 H 30

Devant le siège du MEDEF

Avenue Bosquet 75007 Paris

 

 


Written by SA CGT Econocom