Chers collègues

Une note récente (aujourd’hui 16 novembre 2010) de la Direction nous informe des prochains versements effectués au titre de la réparation des heures non payées depuis le 1er janvier 2008, pour les collaborateurs ESR ayant été contraints de travailler 36h50m au lieu des 36h30m prévues dans l’accord d’entreprise « 35h ».

Nous ne pouvons bien entendu que nous réjouir que cette affaire arrive enfin à son terme ; preuve s’il en est que le travail de l’ensemble des organisations syndicales du Groupe ESR peut payer, quand celui-ci est abordé de manière unitaire.

Nous réaffirmons donc notre volonté de travailler en ce sens pour les prochaines années, en tout cas pour la CGT, la CFDT et la CFE/CGC, FO préférant faire cavalier seul.

Nous ne pouvons néanmoins faire taire notre esprit critique, certaines remarques s’imposent.

Tout d’abord, nous regrettons qu’une telle information se fasse quelques jours avant le second tour des élections CE et DP, sur un sujet que l’on sait polémique et récupéré dans un but électoral par FO, alors que c’est le travail de l’ensemble des organisations syndicales qui a permis d’obtenir cette victoire. On pourrait à ce titre s’interroger sur les accointances entre la Direction de l’entreprise et ce syndicat. Pourquoi ne pas avoir annoncé cette information avant le versement du premier tiers (à l’occasion de la paye d’octobre), puisque l’ensemble des informations transmises étaient bien entendu déjà disponibles ? Peut être valait-il mieux que ce message arrive au moment ou tout le monde reçoit ses kits de vote par correspondance…

Chers collègues ne vous laissez pas tromper par une Direction jouant clairement la carte FO, syndicat actuellement, et malheureusement, le plus malléable chez ESR…

Par ailleurs, rappelons que le versement des sommes dues auraient du intervenir avant le 2 octobre.

Force est de constater que la Direction prend quelques libertés avec ses obligations légales.

Se posent alors plusieurs questions.

Après 2 ans d’attente par les salariés, que propose la Direction en échange de ces 5 mois supplémentaires ? Ce n’est pas dit dans la note.

Comment est établie la liste des personnes concernées, sur quels critères, et comment est calculée précisément l’indemnité versée ? Notamment, les salariés considérés en catégorie 2 mais travaillant sur des forfaits seront-ils concernés comme ils le devraient. Ce n’est pas dit non plus.

Comment la Direction s’assure-t-elle que l’ensemble des personnes concernées sera indemnisées, alors que nous savons que ce n’est pas le cas aujourd’hui, certains d’entre nous ayant été « oubliés » pour le premier versement ? Ce n’est, la non plus, pas dit dans la note.

Enfin, cette note ne fait aucune mention de l’accord que la Direction devait négocier avec le syndicat FO (au nom de la précédente intersyndicale). Cet accord existe-t-il au moins ? Si oui, quelle en est la teneur.

Nous n’osons imaginer que la Direction agisse seule, sans aucun contrôle de la part du syndicat FO.

A moins que cet accord ne reste secret, mais alors dans quel but ? Y aurait-il des clauses inavouables ?

Nul doute que Direction et FO, ensemble, nous tiendrons rapidement informés sur toutes ces questions.

Les syndicats CGT, CFDT et CFE-CGC, unis en intersyndicale

Written by SA CGT Econocom