Vous n’avez sans doute pas échappé à la nouvelle campagne de pub interne d’Econocomm’, à l’adresse de ses salariés : Be a Patagonian…

Difficile de faire autrement, c’est sur tous les écrans, sur ceux que l’on trouve aux accueils des divers sites du Groupe, sur l’intranet, dans votre boite mail, etc.

 

Une belle aventure… mais pour qui ?

Donc Econocomm’ vous propose de vivre une belle aventure à l’autre bout du monde. Allez !! on fait une belle cohésion de groupe, on crée un bel esprit d’entreprise, un peu comme tous les conseils en management le proposaient dans les années 90. C’est vrai que la Patagonie ça a un peu plus de gueule que la classique séance de kart ou les cours de yoga dans l’open-space.

Sauf que, si la comm’ s’adresse à tous, l’aventure sera bien réservée à une élite. La culture d’entreprise a ses limites, mais l’essentiel est que tout le monde y croit.
1000 personnes, donc 10% du personnel, sur 5 ans, une très petite minorité donc, seulement 200 chaque année, ça brille déjà un peu moins vu sous cet angle.

 

Plus de 1 000 000€ perdus par le Comité d’Entreprise d’Econocom Osiatis France

Mais au fait !? Il n’y a pas une structure dans l’entreprise qui est censée œuvrer dans ce sens aussi ?
Participer et favoriser les activités sportives, sociales, culturelles des salariés.

Ah oui…. Le Comité d’Entreprise.

Mais le CE n’a pas les moyens d’organiser un tel évènement nous direz-vous ?

Et pour cause. Savez-vous que le CE d’Econocom Osiatis France a perdu plus d’un million d’euros de budget pour les œuvres sociales et culturelles depuis 2015, suite à une obscure négociation entre la DRH et les élus de ce CE ?
Un million d’euros, auxquels s’ajoutent près de 800 000€ chaque année, largement de quoi payer un voyage de 4000€ à 200 personnes chaque année.

Dommage, cet argent aurait pu servir à financer les vacances, les activités sportives ou culturelles de tous les salariés et de leurs familles. Mais on est élitiste ou on ne l’est pas… Une grande majorité des salariés continuera donc à subir pendant qu’un infime minorité de privilégiés ira se faire plaisir… avec l’argent qui aurait dû revenir à tous.
Il semblerait en outre, selon certaines rumeurs, que cette faveur soit réservée à ceux occupant des fonctions supports, pour lesquelles une absence de quelques jours n’impacte pas trop la facturation.

 

Mais il n’y a pas que ça, il y a aussi les Happy Dej’. Ça doit coûter un bras aussi, pour de la comm’ interne, et même si le jour où on déguste debout un hamburger made in food-truck l’entreprise économise la subvention « cantine ». Qui va croire que sous-prétexte d’happy dej’ la vie des salariés va être fondamentalement changée ? Sans doute moins que la petite promotion ou l’augmentation que certains attendent depuis 10 ans… Et qui en profite, si ce n’est ceux qui ont la chance de travailler au siège ou en agences ?

 

Des opérations de comm’ inutiles et chères…

Il y a donc chez Econocom les gueux, qui triment, ne rapportent jamais assez et coutent toujours trop cher, et la petite noblesse d’entreprise, qui gravite plus ou moins près du roi, pour qui tout est bon pour peu qu’elle ne se montre pas trop rebelle.

Bel esprit d’entreprise.

Encore cela serait-il efficace, mais en plus notre si belle boite a du mal à recruter. Hé oui, il suffit de gratter un peu pour comprendre que ce qui brille n’est souvent que du toc.

 

…Alors qu’il y aurait mieux à faire

Si Econocomm’ veut un petit conseil pour que tout le monde se sente appartenir à une belle entreprise, sincèrement soucieuse du bien-être de ses salariés, nous pourrions lui proposer d’être juste un peu plus généreuse lors des NAO ou quand il s’agit de distribuer les bénéfices. Elle en a les moyens, très largement.
La prochaine communication du Groupe Econocom au sujet de ses comptes 2016 permetra de se faire une idée de l’usage qui est fait des bénéfices, la satisfaction des salariés, qui produisent ce résultat par leur travail quotidien, ou celle de quelques uns placés là où il faut pour profiter du travail d’autrui.

Autre conseil, pour les comités d’entreprise cette fois ; les CE ont priorité pour l’organisation des œuvres sociales dans l’entreprise, nous les invitons donc à réclamer le budget destiné à cette opération de comm’ patagonienne, et à l’affecter véritablement à l’ensemble des salariés.

Written by SA CGT Econocom

8 Comments

UNE SIMPLE SALARIEE

Merci à vous pour ce descriptif précis de la situation qui reflète le climat actuel au sein de l’entreprise et qui est partagé par un grand nombre d’entre nous.
A priori dans les grandes valeurs de l’entreprise, une est cruellement ABSENTE : L’EQUITE.
En effet cette opération de communication à 7 millions d’euros sur 3 ans pour 1000 collaborateurs est tout à fait surprenante. Quid des 8000 ou 9000 collaborateurs qui ne partiront pas ????
Si certains se réjouissent, une majorité est dubitative. Pour rappel en tant que salariés nous sommes, a priori, en poste chez ECONOCOM pour bénéficier d’une rémunération et non pas pour bénéficier d’une agence de voyage ….
Personnellement si mon salaire me le permettait et si mon pouvoir d’achat ne baissait pas chaque année…. j’opterais volontiers pour ce type de voyage avec mes proches ou plus simplement pour régler mes charges et m’octroyer quelques petits plaisirs chez des commerçants de mon choix.
Donc même si je me ‘réjouis’ que ce voyage fasse quelques heureux je m’interroge sur le ressenti des 8000 ou 9000 des salariés qui resteront à quai ….. et surtout sur leur implication future pour une entreprise qui privilégie une minorité.
Eh oui pour motiver et impliquer des collaborateurs, il ne suffit d’offrir un voyage, ou même une table de ping-pong, quelques baby foot, un cadre professionnel agréable et s’arrêter là, …. Il aurait été préférable d’investir ces 7 millions d’euros dans des formations de MANAGEMENT afin d’avoir des managers de qualité, qu’ils soient à la hauteur des ambitions d’ECONOCOM.
Et soyons fous, investir dans les salaires et RESPECTER ses collaborateurs car sans eux l’entreprise n’est rien ou finira par n’être rien.

un autre modeste salarié

Lorsqu’un chef d’agence ne daigne même pas faire 10m pour simplement dire bonjour aux collaborateur quand il passe chez un client, on peut se poser des questions sur les motivations des happy cheers et autres manifestations de soi-disant cohésion dans l’entreprise. Quand je suis rentré chez Osiatis il y a 14 ans, j’aimais vraiment bien cette boite. Puis il y a eu l’entré en bourse, et pour finir le rachat par Econocom.
Au début de l’année, j’ai appris que je perdais 6 jours de RTT. Comme ça, suite à l’accord d’harmonisation EOF. Ah ben oui. Je suis chez le client, pas à l’agence près de l’élite. Nous sommes 4 sur ce contrat. 6 x 4 = 24 jours facturés en plus au client. Voilà qui va faire plaisir aux actionnaires ! Reportez cela sur l’ensemble des salariés qui ont subit la même chose, et vous comprendrez que certains se frottent les mains. Les primes sur objectif vont être juteuses.
Après, je comprends que ceux qui sont rentrés il y a peu dans cette boite et les jeunes hyper influencés par les réseaux sociaux se sentent bien. Jusqu’au jour où il vont s’apercevoir qu’entre les beaux discours et la réalité, il y a un bel écran de fumée et un certain gouffre.

SA CGT Econocom

N’hésitez pas à prendre contact avec nous, ou avec un élu ou représentant du personnel participant à l’intersyndicale Unis Chez Econocom. Votre problème de RTT nous intéresse…
D’accord avec vous, les accords d’harmonisation sont inutles et régressifs, même si leurs signataires semblent s’en féliciter. Et nous l’avons dénoncé il y a quelques semaines (http://www.sacgt.org/?p=1712)

Un modeste salarié

Je suis salarié et reste dubitatif quant à votre message.
Vous avez décidé que ce serait élitiste. J’ai, pour ma part, vu une opportunité de me proposer un voyage que je n’aurais jamais envisagé de faire. Alors certes, nous avons perdu du budget CE, mais à ce jour, de mon côté je ne l’utilise pas. Chacun y voit midi à sa porte.
Arrêtons de polémiquer, si l’idée est de faire remarquer que le budget du CE a diminué, en effet, ce n’est pas normal, mais n’entachons pas une initiative positive !
A mon niveau, je suis fier d’appartenir à une entreprise qui valorise ses salariés et les gratifie par un voyage qui JUSTEMENT était réservé jusqu’à maintenant au « top management ». Mais rien n’oblige l’entreprise à nous en faire profiter.
Quant à la remarque « Des opérations de comm’ inutiles », qu’en savez-vous ? Vous n’en connaissez même pas la finalité pour tenir de tels propos ! Il serait judicieux de comprendre l’intérêt d’une telle communication avant de brandir le panneau « Ca sert à rien ». Je vous invite à prendre rendez-vous avec le service qui est en charge de cette campagne.
Alors soyons constructifs et soyons fiers de notre entreprise !

SA CGT Econocom

Bonjour
merci pour votre commentaire, même s’il ne va pas exactement dans notre sens, nous prenons le parti de la discussion.
Permettez quelques remarques cependant.
Econocom ne vous propose rien, elle raconte surtout à qui veut l’entendre qu’elle disposera, et choisira ceux qui auront la chance de participer à cette manifestation.
Et si vous n’utilisez pas le CE, c’est peut être tout simplement parce que ses offres ne sont pas suffisamment visibles… ou attrayantes.
Mais vous avez raison, le CE, dans le budget qui lui est attribué actuellement, ne pourra jamais proposer un voyage en Patagonie à tout le monde, faute de moyens suffisants. Et ce n’est pas sa mission de sélectionner les quelques « happy few » (réflexion à creuser ceci dit…).
Quand au « top management », attendons de voir qui seront les élus pour ces voyages. Si on observe une sélection représentative des effectifs nous voudrons bien faire amende honorable sur ce point.

Sans intérêt

RAS,très réaliste !Cela reflète parfaitement ce que pense une majorité de techniciens de maintenance BU Ics /ims.
Sans oublier le mannequin challenge …Pour le personnel qui s’ennuie, je propose un tour de France des agences Ics en province .La réalité, c’est mieux que la fiction !

SA CGT Econocom

Merci pour votre soutien
N’hésitez pas à nous faire part de votre ressenti, de vos difficultés au quotidien.

"TRIMEUR"

Enfin un pavé dans la marre, merci au SA CGT econocom
Pour certains passer en agence et sur le terrain vous allez pouvoir
constater que patagonia et autre on en a que faire,nous nous sommes
chez le client et on jongle pour sa satisfaction , sa préservation et ainsi
la pérénnité de notre job.

Comments are closed.