10026b32La négociation annuelle obligatoire (NAO) est imposée par le Code du travail (art. L2242-8)

Pendant ces échanges, des thèmes définis par la loi sont obligatoirement abordés (salaires, durée du travail, égalité hommes/femmes…), mais la NAO permet également de mettre en avant des revendications collectives!

Une nouvelle fois, ce fut une NAO décevante!! Nous avions grand espoir que cette année nous puissions enfin participer à des négociations qui pourraient aboutir à la signature d’un accord!!

Malheureusement après plusieurs réunions la Direction n’a retenu aucune de nos revendications, exprimées conjointement par FO et le SA-CGT (notre syndicat ne peut pas encore participer aux négociations pour son propre compte)

Nous demandions une revalorisation générale des salaires de 3% pour l’ensemble des salariés du groupe ESR.

Une augmentation de 2% en plus de l’augmentation générale demandée ci-dessus pour les salariés du groupe ESR n’ayant pas eu d’augmentation depuis plus de deux ans.

  • La Direction nous a proposé un budget pour des augmentations individuelles et une prime de 150€ brut, ce qui correspond à peu prés à 120€ net par an, 10€ par mois ! Ce qui couvre à peine le café entre collègues que la Direction s’est empressée de mettre payant dès sa prise de pouvoir du groupe ESR.

Nous demandions une revalorisation de l’indemnité forfaitaire journalière repas à 6€

  • La Direction supprime la prime repas et la remplace par des tickets restaurant qui coûterons 40% aux salariés, la Direction ayant pris l’engagement de prendre 60% à hauteur de 5€, ce qui nous ferait un tickets restaurant d’une valeur de 8,34€.

Nous demandions une revalorisation et harmonisation du forfait jour repas et d’hébergement pour Paris et Province (grand déplacement) à 110€ Euros.

  • Réponse négative

Nous demandions une revalorisation des frais kilométriques sur la base du barème des indemnités kilométriques publié par l’administration fiscale de 2014

  • Réponse négative

Nous demandions une prime d’éloignement de 10€ par nuitée passée en déplacement

  • La Direction prend note et va y réfléchir… une autre façon de répondre négativement ?

Nous demandions une prime mensuelle de 50€ pour les collaborateurs n’étant pas en grand déplacement (moins de 50 kms) mais dont la distance séparant le lieu de résidence du lieu de la mission par les transports en commun ne peut être parcourue dans un temps inférieur à 1h30.

  • Réponse négative

Nous demandions une prime mensuelle de pénibilité de 50€ pour les collaborateurs dont les conditions de travail sont définies par l’article D. 4121-5 du code du travail (cela concernait surtout les travailleurs de nuit et en travail posté)

  • Réponse négative

Nous demandions l’engagement de négociations sur l’emploi et maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés.

  • La Direction nous a proposé l’attribution de 2 demi-journées de CP/an supplémentaires pour les personnes dans le cadre d’une demande ou d’un renouvellement de RQTH, sur justificatif : démarches administratives.

Voulant nous imposer des augmentations individuelles, représentent tout au plus 1,31 % de la masse salariale, alors que l’ensemble des sections syndicales demandaient des augmentations collectives, nous n’avons donc pu trouver d’accord.

La Direction nous a communiqué via le PV de désaccord quelle pourrait ne pas mettre en pratique unilatéralement ses propositions.

Face à cette fin de non recevoir, nous ne pouvons que constater que nous sommes bien loin des valeurs de respect si chères au dirigeant du groupe ECONOCOM !!

Written by SA CGT Econocom